Histoire d'Apprendre
Histoire d'Apprendre

17 Fevrier

17 février 1600 : Fin tragique de Giordano Bruno

Le 17 février 1600, le philosophe Giordano Bruno est brûlé vif à Rome, sur le Campo des Fiori, après avoir passé huit ans dans les geôles de l'Inquisition...

En France, avant la Première Guerre mondiale, le livre de lecture le plus lu et le plus célèbre de l'école laïque est intitulé : Le tour de la France par deux enfants. Il est signé par ses auteurs du pseudonyme G. Bruno. C'est un hommage discret au philosophe, victime de l'intolérance religieuse !

17 février 1661 : L'empereur Kangxi, le « Roi-Soleil » chinois

Le 17 février 1661, Kangxi devient empereur à Pékin. Fils du fondateur de la dynastie Qing (ou mandchoue), il règnera 62 ans et portera la Chine à son apogée. Il accueillera les jésuites à la Cité interdite...

Résultat de recherche d'images pour "L'empereur Kangxi"

17 février 1772 : Premier partage de la Pologne

Le 17 février 1772, sur une suggestion du roi de Prusse Frédéric II, celui-ci s'entend avec la tsarine Catherine II et l'archiduchesse d'Autriche Marie-Thérèse pour enlever à la Pologne un tiers de son territoire. L'accord est confirmé le 25 juillet suivant par le traité de Saint-Pétersbourg. Il s'agit de fait d'un acte de brigandage sans guère de précédent dans l'Europe moderne, à rebours de l'esprit des Lumières. Les révolutionnaires français vont s'en prévaloir pour annexer vingt ans plus tard la Belgique et d'autres pays voisins du leur.

17 février 1871 : Adolphe Thiers chef du gouvernement exécutif

Les premières élections générales depuis la chute de Napoléon III se soldent le 8 février 1871 par une écrasante majorité conservatrice et monarchiste. Le 17 février suivants, les députés, réunis à Bordeaux pour cause d'invasion prussienne, désignent Adolphe Thiers (73 ans) comme « chef du gouvernement exécutif de la République française » en attendant de statuer sur la nature du régime futur : monarchie ou république.
Le 31 août 1871, à Versailles, l'assemblée se proclame Constituante et, dans le même temps, donne le titre de président de la République à Thiers.

17 février 1925 : première rébellion kurde contre la République turque

Le 17 février 1925, l'Anatolie orientale, majoritairement peuplée de Kurdes, se soulève contre « les infidèles de la République » à l'appel du prédicateur cheikh Saïd. Dix mille combattants, dont beaucoup de déserteurs de l'armée turque, s'emparent de plusieurs localités.

Cette révolte survient après l'abolition du califat et l'expulsion du dernier calife par Moustafa Kémal, le fondateur de la Turquie moderne. Bien qu'ayant aidé ce dernier à lutter contre les Grecs et les troupes d'occupation étrangères, les Kurdes en sont bien mal récompensés...

17 février 1940 : Le plan Manstein

L'invasion de la Hollande, de la Belgique et de la France en mai-juin 1940 est le fruit d'un plan téméraire, concocté par Hitler suite à sa rencontre inopinée avec un obscur général d'infanterie, Erich von Manstein, le 17 février 1940...

La première phase du plan Manstein, le « Fall Gelb » (« Plan Jaune »), entraînera en mai 1940 l'enfermement des troupes alliées dans la nasse de Dunkerque, par un mouvement tournant de la Wehrmacht. Après quoi, en juin 1940, celle-ci appliquera le « Fall Rot » (« Plan Rouge »), autrement dit l'invasion de la France...

17 février 2008 : Le Kossovo se proclame indépendant

Lassé par les tergiversations de l'ONU et des démocraties occidentales, le président du Kossovo proclame unilatéralement l'indépendance de la province : 10 000 km2 et deux millions d'habitants dont 10% de Serbes orthodoxes et 90% d'albanophones musulmans. Ces derniers descendent d'immigrants albanais chassés par la misère et accueillis dans la province serbe au XIXe siècle.

Plusieurs pays européens, dont la France et l'Allemagne, reconnaissent le nouvel État. Mais la Russie proteste à l'unisson de la Serbie qui perd avec le Kossovo son berceau historique. L'Espagne et d'autres pays occidentaux craignent pour leur part que l'initiative kossovar ne donne des idées à leurs propres minorités.

Le spectre des guerres yougoslaves réapparaît. De fait, la guerre contre la minorité serbe reprend sitôt après l'indépendance, malgré le placement prolongé de l'État sous la tutelle de l'ONU, représentée sur place par Bernard Kouchner. Le Kossovo est depuis lors devenu un État-croupion gangréné par la misère, la corruption et l'islamisme.

Résultat de recherche d'images pour "kosovo indépendant"

Source : Hérodote.

Ajouter un commentaire

 
×