Histoire d'Apprendre
Histoire d'Apprendre

30 Septembre

30 septembre 1791 : Triomphe de La Flûte enchantée

Le 30 septembre 1791, La Flûte enchantée de Mozart est accueillie à Vienne par une ovation triomphale...

Afficher l'image d'origine

30 septembre 1938 : Les accords de Munich

Le 30 septembre 1938 se clôt à Munich une conférence de la dernière chance. Hitler réclame à ses interlocuteurs Daladier, Chamberlain et Mussolini le droit d'intervenir en Tchécoslovaquie à l'appel de la minorité de langue allemande qui peuple les monts Sudètes. En cédant une nouvelle fois à la menace, les Occidentaux confirment le dictateur allemand dans la conviction que tout lui est permis...

30 septembre 1955 : Mort de James Dean

Le 30 septembre 1955, en Californie, un jeune homme de 24 ans se tue au volant de sa Porsche. Il a nom James Dean et trois films à son actif : A l'est d'Eden, La fureur de vivre et Géant. Ce dernier va sortir sur les écrans deux mois après sa mort. L'acteur devient un mythe des États-Unis de l'après-guerre, prospères et avides de jouissance. Il dessine dans ses films comme dans sa courte vie et dans sa fin prématurée le portrait d'un rebelle mal dans sa peau et dans sa relation avec ses parents.

Afficher l'image d'origine

30 septembre 1958 : Le « plan Pinay-Rueff »

Rappelé au pouvoir en mai 1958, Charles de Gaulle obtient de l'Assemblée, le 5 octobre 1958, de pouvoir gouverner pendant quatre mois par ordonnances, c'est-à-dire sans passer par la discussion et le vote des textes devant les députés.

Pour remettre l'économie sur pied, son collaborateur Georges Pompidou et le ministre des Finances Antoine Pinay font appel à l'économiste Jacques Rueff. C'est ainsi que Jacques Rueff réunit à partir du 30 septembre 1958 un comité de huit personnes (président de Péchiney, de la Société générale,...).

39 séances plus tard, le rapport, rédigé par Jacques Rueff lui-même, est remis au général de Gaulle le 8 décembre. Il ne compte que 25 pages et s'en tient à quelques mesures essentielles. Le président de Gaulle les fait adopter dans leur intégralité le 23 décembre 1958. Ces mesures sont présentées au public sous le nom de « plan Pinay-Rueff ».

Le plan prescrit en particulier une sévère cure d'amaigrissement de l'administration, allant jusqu'à supprimer la retraite des anciens combattants (cette mesure, symboliquement odieuse, sera plus tard rapportée). Le plan supprime les indexations (notamment sur le blé) et libère résolument les échanges extérieurs.

Last but not least, il dévalue le franc de 17% et, mesure la plus spectaculaire, crée un « nouveau franc » égal à cent anciens francs. Les résultats bénéfiques se font sentir dès 1962 (croissance accrue, balance commerciale excédentaire,...).

Source : Hérodote.

Ajouter un commentaire